Lionel Asbo, l’état de l’Angleterre

de Martin Amis (Gallimard)

Un bon romancier peut parfois se fourvoyer et c’est le cas. Seuls les bobos qui ne voient jamais la réalité peuvent s’exclamer que « ce livre décrit la situation d’une société gangrénée par l’argent, le culte des apparences, le bling-bling, etc. » En résumé, ce livre pourrait être sous-titré « les pauvres pour les nuls ».

Cet article, publié dans On peut s'en passer, Romans, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s