D’autres vies que la mienne

de Emmanuel Carrère (P.O.L)

C’est un très beau livre, même si au début je craignais qu’EC ne parle que de lui-même et de son histoire d’amour avec Hélène. Un peu trop de détails aussi sur le surendettement et les mécanismes judiciaires autour : à croire qu’EC débarque sur une planète inconnue (c’est Candide au pays du surendettement). Mais le reste est admirable. EC se met en retrait pour parler de gens formidables, grands et fragiles, petits et tellement courageux.

J’ai sangloté au récit de la mort de Juliette, la belle-soeur.

Décidément, ce type (EC) m’agace autant qu’il m’épate (voir ma réaction à la lecture de son roman précédent Un roman russe).

Lu en 2009

Ce contenu a été publié dans Romans, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 Response to D’autres vies que la mienne

  1. fleury14 dit :

    Je suis entièrement d’accord avec toi (sauf que moi j’étais bien contente de les avoir, les explications sur le surendettement !). Livre magnifique, qui met en parallèle deux tragédies. L’observation minutieuse, et pourtant pudique, des sentiments des victimes m’a aussi tiré des larmes. EC se met, comme tu le dis, parfaitement en retrait dans ce récit d’une grande sensibilité.

Laisser un commentaire