Quand vous viendrez me voir aux antipodes

de Simon Leys / Lettre à Pierre Boncenne (Philippe Rey)

Déjà, quel titre ! Tout un voyage…Après la mort de Simon Leys (en août 2014), son ami Pierre Boncenne (journaliste et écrivain), a publié des extraits de leur correspondance sous forme d’abécédaire. Un délice ! De toutes façons, c’est toujours un délice de lire (et relire) du Simon Leys. Et puis, cet amour de la littérature, cette érudition formidable ! Grâce à Simon Leys, j’ai découvert Chesterton.

Je suis inconsolable de l’avoir découvert tardivement dans ma vie de lectrice.

Lu en 2005

Cet article, publié dans Essais, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s